Le refuge

Le refuge

LE REFUGE

Par l’auteur HDS CHRIS71

Christophe est très sympathique et ferme la route par moments.
Son regard sur mon postérieur dans mon short en jean me rassure sur l’attirance que je peux avoir sur ce jeune étalon.
J’ai l’impression que ses yeux transpercent mon bout de tissu et une certaine chaleur monte dans mes lombaires.
Germain semble ignorer les allers et retours de notre guide et avance toujours aussi fringant que les années précédentes malgré le poids des ans et des soucis au travail qui s’accumulent pour nous.
Comme tous les ans, nous atteignons le premier refuge du soir où nous retrouvons un groupe d’Allemands qui sont sur la route du retour par rapport à nous.
Le patron du lieu joue de la guitare et la soirée s’annonce très sympathique.
Je vais me doucher au moment où une femme du groupe d’outre-Rhin fait son entrer.
Sans se poser de questions, elle enlève sa serviette entourant son corps et vient me rejoindre sous la douche voisine de la mienne.
Sans le vouloir je laisse échapper ma savonnette qui vient se loger dans ses pieds.
Chris71

 

Extrait
Il m’a tellement chauffé depuis deux jours que sans penser à ce que je fais, je prends sa bouche dans ce baiser que mon inconscient espérait à chaque fois que Christophe me provoquait.

Sa main fait son effet et depuis bien longtemps je sens que la jouissance qui monte en moi est très supérieure à ce que je ressens dans les dernières fois que mon mari me fait l’amour.

Je sais que je viens de basculer dans le camp des salopes, car en pensant à Germain dormant dans son lit de douleur aurait dû me faire retrouver mes esprits, mais je descends ma main pour saisir ce pieu que j’aspire de plus en plus à recevoir en moi.

Pas besoin de le masturber, il bande comme jamais Germain n’a bandé, ma main tient cette verge de gros diamètre. Je glisse vers le bas et c’est ma bouche qui le reçoit, mon rêve de la nuit dernière était bien prémonitoire à la différence que Christophe était en train de me sodomiser alors que les autres hommes me déversaient leur sperme dans la bouche.

Je comprends pourquoi il a souhaité que je couche dans ce grand lit, car l’espace lui permet de pivoter pour venir me prendre ma vulve avec sa bouche.

Pour son jeune âge, la femme qui l’a formé s’il y en a une, a très bien travaillé, car il sait prendre son temps pour que mon plaisir monte graduellement en moi.

Par moment ma lucidité me dit de le renvoyer près de celui que je cocufie à moins de dix mètres de nous et qui dort terrassé par les cachets.

Bien sûr, je continue, il est si bon de sentir ce jeune garçon avoir envie d’une femme bien plus vieille que lui et qui pourrait être mon fils, d’ailleurs son âge est-il différent de celui de Louis.

 

Partager