Fin de chantier

Fin de chantier

Fin de chantier

Par l’auteur hds Frank83

Nous mangeons et surtout buvons plus que de raison, en tout cas Valérie, c’est sûr, qui rit à gorge déployée et moi qui ai toujours le verre plein. Lorsqu’une bouteille est vide, il y a toujours un volontaire pour aller en chercher une dans leur frigo. Je vois bien que celui qui se dévoue pour le service ne se gêne pas pour jeter un œil dans le décolleté de madame. Je ne suis plus très lucide mais je me rends compte qu’à tour de rôle, un couteau, une fourchette, une serviette tombent à terre et qu’ils prennent beaucoup de temps pour ramasser. Ma curiosité est récompensée lorsque je fais de même et aperçois ce qui attire leur regard : les jambes de Valérie sont écartées, on voit sa jolie culotte en dentelle blanche et on devine le bourrelet de ses lèvres, je comprends le manège.
Le repas tire à sa fin, elle veut se lever pour aller chercher le dessert, titube et se rassoit aussitôt. Il m’arrive la même chose, présumant de mes forces, mais mon état d’ébriété est trop avancé pour rejoindre la cuisine.
Frank83

 

Extrait
J’aperçois sur le rebord de la fenêtre une petite caméra style GoPro ; elle n’a pas été posée là par hasard : elle est positionnée de telle manière que je me doute de ce à quoi elle a servi, bien orientée sur le champ de bataille de cette nuit.

Ma curiosité fait que je m’approche pour la prendre en main ; elle est récompensée : il y a tout un tas de cartes mémoire posées sur le petit meuble sous la fenêtre. Je me saisis de la caméra. Je connais ce type de produit ; il est possible de visualiser les enregistrements via le petit écran intégré à l’arrière. Il a tout prévu pour ne pas tomber en panne de batterie car elle est raccordée à son chargeur. J’essaie de trouver le mode lecture, et j’y parviens assez facilement.

Le film commence ; pas grand-chose d’intéressant. Je passe en mode accéléré ; sur l’écran, je vois le parquet de la chambre : ça bouge, il sort de la chambre, je vois le carrelage du palier, il pénètre dans notre chambre, se dirige vers la fenêtre. Il fait nuit mais on me voit bien, complètement affalé dans mon fauteuil en compagnie de Victor et Marian. Je commence à comprendre à quel moment a été réalisé cet enregistrement. Apparaît devant l’objectif un pouce tendu vers le haut, puis on voit ma femme en compagnie de Stefan ; je pense qu’il vient de poser la caméra, car à partir de ce moment-là le plan est fixe.

Stefan est derrière Valérie, la soutenant de son bras sous la poitrine, et son autre main descend la fermeture Éclair dorsale de la robe. Lucian entre dans le champ ; il se charge de soutenir Valérie sous les bras. Stefan dégage une épaule, sort le bras de l’emmanchure, puis fait de même avec le deuxième bras ; la robe glisse au sol. Il dégrafe le soutien-gorge, dégage les bretelles, et lui fait suivre le même chemin que la robe. Lucian se penche pour lui embrasser la poitrine et jouer avec ses tétons ; Stefan en profite pour lui descendre la culotte, lui fait lever une jambe puis l’autre afin de dégager la robe et la culotte, puis fait remonter ses mains en caressant l’intérieur des cuisses. Elle ne bouge pas, se laissant faire ; je vois ma femme nue entre ces deux hommes.

 

Enregistrer

Partager