La créature de Frankenstein

La créature de Frankenstein

Victor Frankenstein fait des recherches afin d’avancer sur la connaissance de l’essence même de la vie. A cet effet, il crée un être artificiel à partir de bouts d’êtres humains décédés. La créature est éveillée à l’existence grâce à l’énergie dégagée lors d’un orage par la foudre. Cependant, effrayé par l’aspect terrifiant de sa création, Victor Frankenstein s’enfuit en laissant le monstre livré à lui-même dans son laboratoire. La créature de Frankenstein est d’abord déboussolée, son esprit naissant l’empêche de bien saisir la situation dans laquelle il se trouve. Il erre misérablement dans le manoir de son créateur, en quête d’un sens à donner à sa venue sur terre.

Il passe la fin de sa première journée et sa première nuit ainsi, à explorer les différentes pièces de la demeure de Victor Frankenstein. Au petit matin il entend le bruit de la porte d’entrée et se précipite vers celle-ci espérant le retour de son père. A la place se tiens une jolie blonde qui n’est autre que l’assistante du Professeur.

La demoiselle n’en mène pas large face à la monstruosité qui a fait son apparition mais, au contraire de son patron elle résiste à l’envie de prendre ses jambes à son cou. Dans les yeux de la créature elle croit déceler un semblant d’intelligence et un reste d’humanité. Pour apprivoiser le géant elle minaude et joue de ses charmes, tout ceci n’a pas l’air de déplaire à cet être qui entièrement nu darde désormais fièrement une verge monumentale.

La créature de Frankenstein est certes laide mais dispose d’une vitalité hors norme et l’assistante du Professeur saute pour ainsi dire sur l’occasion pour tester – dira-t-elle plus tard – dans un esprit scientifique, l’endurance et la force de la créature !

Pour un être venu à la vie à partir de cadavres, le monstre de Frankenstein dispose étonnement d’une vitalité hors norme et la jeune blonde va ressentir les orgasmes les plus forts de son existence.

Partager